Disponibilité : à paraître

16,00 €
OU

Revue Napoléon n° 25, nouvelle série


Réf. : RN025

ISBN: L11249-25

Nombre de pages : 84

Format : 21,5 x 29,5 cm

Date de parution : 26 mai 2017

Description :

Les premières années de la seconde Restauration restent marquées du sceau infamant de l'épuration. Il est consternant de voir le ministre de la Guerre, en l'occurrence le général Clarke, duc de Feltre, qui fut, de fait, un proche collaborateur de l'Empereur, s'acharner sur un héros de l'Empire comme le général Travot (voir page 26). Nous avons déjà évoqué, dans la Revue Napoléon, l'épuration au sein de l'armée mais on sait moins que la gendarmerie a subi un traumatisme encore plus important, touchant tous les grades, à commencer par son chef, le maréchal Moncey, sanctionné pour avoir, non sans raisons, refusé de présider le conseil de guerre chargé de juger le maréchal Ney (voir page 36).
Sans doute, ces méthodes sournoises s'expliquent-elles par l'ombre portée par le prisonnier de Sainte-Hélène (voir page 52), que d'aucuns craignent de voir ressurgir à tout propos, allant jusqu'à inventer des révoltes armées comme la prétendue insurrection de Lyon (voir page 61).
C'est l'occasion, pour la Revue Napoléon, de revenir sur quelques pages de l'histoire du premier Empire. Après avoir évoqué les dix ministres de l'Intérieur qui ont servi l'Empereur (voir page 12), nos auteurs se sont attachés à deux personnages aujourd'hui oubliés : Benjamin Delessert et Emilie Bigottini. Nous devons beaucoup au premier, formidable industriel et exceptionnel philanthrope, créateur inspiré du sucre de betterave, des soupes populaires et des caisses d'épargne (voir page 76). Sur un registre plus léger, le second a été l'amie de c%u0153ur de deux personnages importants de l'Empire : Eugène de Beauharnais et le général Duroc. Sa carrière se prolonge durant la Restauration et ses apparitions sur la scène de l'Opéra continuent de faire chavirer les c%u0153urs (voir page 46).
C'est aussi sous la Restauration, et selon les v%u0153ux de Napoléon, que le grand Fénelon trouve enfin le repos dans un mausolée digne de sa réputation ; Louis XVIII lui-même participa à son édification (voir page 22). Mais s'il est un domaine où le nouveau régime a dramatiquement échoué, c'est dans la gestion de la plus terrible calamité du XIXe siècle. Héritée de la Révolution, la suppression du droit d'aînesse provoque un morcellement des terres agricoles qui aura, plus tard, des effets dramatiques pour la classe rurale et pour le développement de l'agriculture (voir page 68).
Sans doute, ne sont-ce là que quelques-uns des points importants de cette période charnière, et nous avons encore beaucoup à apprendre des années qui suivent le premier Empire. Pour éclairer vos réflexions, notre précieuse éphéméride vous donne quelques repères essentiels sur l'ambiance de la seconde Restauration (voir page 4).

Revue Napoléon n° 25, nouvelle série

Double-cliquez sur l'image ci-dessus pour la voir en entier

Zoom arrière
Zoom avant

Plus de vues