Disponibilité : à paraître

16,00 €
OU

Revue Napoléon n° 23, nouvelle série


Réf. : RN023

ISBN: L11249-23

Nombre de pages : 84

Format : 21,5 x 29,5 cm

Date de parution : 9 nov. 2016

Description :

Les lendemains de l'Empire sont passionnants ! Dans un contexte loin d'être apaisé et sous la surveillance étroite d'une police qui voit des complots partout, y compris chez les chansonniers et ceux qui braillent leurs créations (voir page 76), la France se reconstruit peu à peu (voir notre éphéméride page 4). Tous n'y retrouvent pas leur place, notamment ceux qui se sont trop compromis pendant les Cent-Jours. Beaucoup décident de tenter l'aventure aux antipodes et participent activement aux guerres de libération des colonies espagnoles en Amérique latine (voir page 20). Les autres misent sur la versatilité de l'opinion publique pour restaurer prématurément l'image du monarque exilé (voir page 12). C'est déjà le mythe qui prend naissance dans cette période trouble...
Pour la grande masse, la vie reprend néanmoins ses droits. Un temps négligé compte tenu des événements, le traditionnel Salon du Louvre reprend son rythme bisannuel à partir de février 1817. Parmi les artistes qui y exposent, retrouvons un jeune portraitiste à l'étonnant parcours puisqu'il a commencé sa carrière de peintre en tant que vélite chez les lanciers rouges à Versailles (voir page 66).
Pour la Revue Napoléon, c'est aussi l'occasion d'observer ce qui se passe au-delà de nos frontières. En Russie d'abord où la campagne de 1812 a laissé d'indélébiles traces. Même si Napoléon n'a pas mis à exécution sa menace de supprimer le servage, l'idée prend progressivement corps et cette année 1816 voit l'adoption des toutes premières mesures d'émancipation (voir page 54). En Allemagne ensuite où le débat fait rage entre ceux qui souhaitent conserver le cadre référentiel du Code Napoléon et ceux qui veulent restaurer le courant communautariste et identitaire du droit allemand (voir page 38).
Au Sénégal enfin, où la France de Louis XVIII obtient de réels succès dans les territoires rétrocédés à contrec%u0153ur par les Anglais en vertu des décisions du congrès de Vienne (voir page 26). C'est l'avenir de la France coloniale du XIXe siècle qui se dessine dans ces contrées lointaines.
Pour terminer ce panorama, la Revue Napoléon évoque une belle opération du musée Napoléon Ier de Fontainebleau qui fait appel au mécénat pour enrichir ses collections et acquérir auprès de collectionneurs étrangers de précieuses pièces issues de la manufacture impériale de Sèvres, commandées par Napoléon, présentes sur la table impériale ou sur celle du prince Borghèse, ou offertes par l'impératrice Marie-Louise aux dames de sa maison (voir page 47).

Revue Napoléon n° 23, nouvelle série

Double-cliquez sur l'image ci-dessus pour la voir en entier

Zoom arrière
Zoom avant

Plus de vues