Disponibilité : En stock

16,00 €
OU

Revue Napoléon n° 15, nouvelle série


Réf. : RN015

ISBN: L11249-15

Nombre de pages : 84

Format : 21,5 x 29,5 cm

Date de parution : 21 nov. 2014

Description :

Là-bas, à l'île d'Elbe, le trimestre qui nous intéresse s'achève dans une toute nouvelle ambiance (voir notre éphéméride). Napoléon est à bord de l'inconstant et s'apprête à débarquer sur les côtes françaises. Le plus étonnant, c'est encore que cela constitue une surprise car tout a été fait pour pousser l'Empereur à la faute. Armand de Caulaincourt, qui ne se doute pas encore qu'il va devoir abandonner son rôle de jeune père, comprendra trop vite où cela va mener la France (voir page 39).
De l'autre côté de l'Atlantique, d'autres aventuriers, fascinés par la personnalité de Napoléon, tentent en vain de l'imiter (voir page 54). Aux antipodes, les hasards de la guerre font apparaître une étonnante monnaie de corsaire (voir page 36). Et, à quelques semaines près, le jeune Pouchkine débute sa courte mais fructueuse carrière avec un poème qui fustige le "fléau de l'univers", celui-là même dont il deviendra plus tard un admirateur (voir page 72).
Tandis qu'à Vienne le "congrès s'amuse" (voir, là encore, notre éphéméride si révélatrice), en France, l'atmosphère est à la fois résignée et insouciante. On apprécie d'autant plus les calembours que les mots y prennent un double sens (voir page 28) et on profite des bals et autres festivités que les anciens musiciens de la Grande Armée, à présent au repos, animent volontiers (voir page 60).
Dans ce contexte, c'est dans l'indifférence que disparaissent les grands soldats, tel le fameux général Nansouty qui meurt à Paris le 12 février (voir page 44). La période est également propice aux règlements de compte, et il est navrant de voir le maréchal Soult, désormais ministre de la Guerre, s'en prendre injustement à l'un de ses anciens compagnons d'armes, le général Exelmans (voir page 18). Fêté à la sortie du conseil de guerre qui le lave des charges absurdes retenues contre lui, le brillant cavalier se fait un ennemi qui ne lui pardonnera jamais cette défaite.
Le destin croisé de trois brillants mathématiciens (voir page 76) témoigne de l'ambiance délétère qui marque la première Restauration. Tant pis pour la vérité : la lâcheté et la flagornerie rapporteront toujours davantage que la sincérité et l'honneur !
En attendant, c'est le calme avant la tempête. Sur le pont de l'Inconstant, Napoléon savoure l'instant. Dans quelques heures, ses maigres forces fouleront la plage de Golfe-Juan et entameront un étonnant parcours durant lequel l'Empereur ralliera à lui ceux-là même qui le trahissaient quelques mois auparavant. Mais les pires craintes du duc de Vicence se vérifieront très vite et les Cent-Jours ne seront qu'une parenthèse.

Revue Napoléon n° 15, nouvelle série

Double-cliquez sur l'image ci-dessus pour la voir en entier

Zoom arrière
Zoom avant

Plus de vues