Disponibilité : à paraître

9,80 €
OU

Traditions n° 14


Réf. : TR014

ISBN: M064613-14

Nombre de pages : 116

Format : 21.5 x 29,5 cm

Date de parution : 26 mai 2017

Description :

Dès le début de la guerre de 1870, fort d'une carrière sans tache et précédé d'une grande réputation de bravoure, le général Bourbaki est nommé commandant de la garde impériale. Sur le terrain, il ne peut malheureusement que constater la mauvaise préparation des armées et la mésentente entre les chefs. Si bien que cette guerre, qui aurait dû lui permettre de mettre en pratique ses capacités de meneur d'hommes, n'est qu'un enchaînement rapide de terribles revers face auxquels il perd rapidement pied et dans les tourbillons desquels il est entraîné jusqu'au désastre final (voir page 22).
Avec ce numéro de Traditions, nous vous emmenons au-delà des sentiers battus pour explorer des épisodes un moins connus. Délaissant, pour une fois, les médiatiques batailles de Ligny et de Mont-Saint-Jean, nous nous sommes intéressés au début de cette même campagne avec le franchissement de la Sambre et, surtout, le combat de Gilly, le 15 juin 1815. Si l'avance des Français se fait sans trop d'encombres, cette journée n'entame pas la résistance des Prussiens (voir page 44). C'est également sur les territoires de l'actuelle Belgique que, 123 ans plus tôt, les troupes du maréchal de Luxembourg battent à Steinkerque l'armée coalisée de Guillaume III (voir page 10), démontrant la grande supériorité des armées françaises de Louis XIV.
Nous évoquons également un épisode à la fois plus anecdotique et moins glorieux, que les Anglais appellent de manière abusive -- nous reviendrons sur ce point -- "la dernière invasion française", et qui se termine, en février 1797, par la reddition dans des conditions pitoyables d'un petit corps expéditionnaire français (voir page 56). Plus glorieux et plus étonnant est le destin des Espagnols des 2e et 3e bataillons du régiment Joseph-Napoléon qui, au sein de la 2e division du Ier corps de la Grande Armée, ont fait la campagne de Russie dans le camp français. Un document, découvert dans les archives de Vincennes, témoigne de leurs exploits (voir page 33).
En complément au très intéressant numéro spécial que nous avions consacré à l'infanterie française sous la Révolution et l'Empire (voir Traditions n° 13), nous poursuivons l'historique de quelques régiments français, en l'occurrence le 33e régiment d'infanterie légère (voir page 84) et le 88e régiment d'infanterie de ligne (voir page 88).
Et notre revue de détail s'intéresse à deux aspects passionnants. D'une part, les changements intervenus dans la symbolique des armées italiennes lors au passage de la république au royaume. Pendant de longs mois, Napoléon semble avoir hésité entre l'aigle de l'Empire français, antique symbole impérial romain, et le lion ailé, emblème de Venise (voir page 70). D'autre part, dans un tout autre domaine, nous évoquons le sabre-briquet modèle an IX et le sabre d'infanterie de la garde des consuls auxquels donne naissance le sabre d'honneur de l'infanterie (voir page 76).
A cet ensemble déjà très complet, s'ajoutent nos désormais traditionnelles rubriques : actualités, bourses et événements, livres anciens, blasons, ordres et décorations, livres... Cela nous permet de vous proposer un Traditions avec des sujets aussi variés que passionnants.

Traditions n° 14

Double-cliquez sur l'image ci-dessus pour la voir en entier

Zoom arrière
Zoom avant

Plus de vues