Disponibilité : à paraître

9,90 €
OU

Prétorien n° 41


Réf. : PR041

ISBN: M06078-41

Nombre de pages : 68

Format : 21 x 29,7 cm

Date de parution : 17 déc. 2016

Description :

L'Antiquité est une source inépuisable de faits d'armes dans un climat délétère marqué par des luttes intestines permanentes. La résolution des rivalités entre les successeurs d'Alexandre, plus de quarante ans après sa mort, réunit à l'envi tous les ingrédients d'un mélodrame hollywoodien. Grâce à la mort de l'un des deux belligérants, rapidement suivie par celle du second, la bataille peu connue de Couroupédion clarifie la situation dans cette partie du monde antique.

Pour au moins deux siècles, l'Egypte, l'Asie Mineure et la Macédoine trouvent l'équilibre dont elles avaient bien besoin. Approximativement à la même époque, les Romains -- qui ne savent pas encore que, bien plus tard, ils briseront cette paix -- équipent leurs légions de leurs premiers vexilla. Ces emblèmes commodes, facilitant l'identification des unités, seront très vite appelés à équiper toutes les armées du monde.

Un millénaire et demi plus tard, l'histoire se répète lors de l'affrontement des Turcs ottomans contre les Serbes à la bataille de Kosovo Polje. Les deux souverains, le prince Lazar et le sultan Murat Ier, perdent eux aussi la vie au cours du combat. Divisés et préoccupés par les luttes pour le pouvoir, les Serbes ne se rendent pas compte sur le moment que cette bataille consacre durablement la prééminence turque sur les Balkans et font de leur incontestable défaite une fête nationale encore commémorée de nos jours.

Lors des croisades, les rivalités entre les hommes existent aussi et elles sont tout aussi fortes dans les deux camps. Pour garantir l'accès à la ville de Jérusalem, enjeu de la première croisade, les croisés s'emparent progressivement des villes côtières. Jouant finement des rivalités entre les chefs francs, le cadi de Tripoli parvient d'abord à sauver sa ville d'Arcas mais, après la prise de Jérusalem, les ambitions de Bertrand de Saint-Gilles mettent fin à l'émirat de Tripoli et, faute d'être soutenu par ses pairs, obligent le cadi à se soumettre. Un tableau de Charles-Alexandre Debacq, commandé par Louis-Philippe pour les salles des Croisades au château de Versailles, raconte cet épisode.

Après avoir évoqué l'histoire d'Amédée VI de Savoie, ce numéro de Prétorien se termine au XIe siècle avec, en guise de commémoration des 950 ans de la bataille d'Hastings, un voyage sur les traces de Guillaume le Conquérant en commençant fort logiquement là où débute l'épopée, dans l'ancien duché de Normandie.

Ce numéro de Prétorien est également riche de toutes les rubriques habituelles et vous offrira de nombreuses heures de lecture sur des sujets qui, vous l'avez compris, raviront les passionnés de l'histoire antique et médiévale.

Prétorien n° 41

Double-cliquez sur l'image ci-dessus pour la voir en entier

Zoom arrière
Zoom avant

Plus de vues