Disponibilité : En stock

9,90 €
OU

Prétorien n° 38


Réf. : PR038

ISBN: M06078-38

Nombre de pages : 68

Format : 21 x 29,7 cm

Date de parution : 11 mars 2016

Description :

Une fois encore, la lecture de ce numéro de Prétorien vous rappellera les limites des comportements. Ambition, lutte pour le pouvoir, recherche du profit... sont les constants moteurs de toute civilisation et les causes de leur destruction. Dans l'Antiquité comme au Moyen Age, ces immuables lois humaines se vérifient en permanence.

Ainsi, ce numéro s'ouvre sur la fin du parcours de Pyrrhos Ier, celui-là même dont nous avions précédemment relaté la "victoire à la Pyrrhus". Profitant d'une extraordinaire dynamique gagnante, il parvient à s'emparer de Syracuse puis à faire tomber, l'une après l'autre, les cités carthaginoises qui se partagent la Sicile. Mais, sans doute grisé par ses succès, le roi d'Epire oublie l'adage qui veut qu'une mauvaise paix vaut mieux qu'un long conflit. Plutôt que d'accepter la négociation pour laquelle il avait tous les atouts, il attaque en vain l'imprenable Lylibée. Désormais faillible, il perd tout : ses conquêtes siciliennes, ses rêves hégémoniques et son ascendant sur les Romains qui parviennent finalement à le renvoyer en Grèce.

La lecture, désormais classique, des écrits de Jules César n'échappe pas à ce jugement. Entièrement consacrés à la justification de ses ambitions, ses "commentaires" deviennent une arme politique redoutable qui lui ouvre toutes les portes, y compris celle de la postérité. Que n'a-t-il retenu la leçon, le général Flavius Stilicon ! Grand vainqueur des Wisigoths menés par Alaric à Pollentia en 402 après Jésus-Christ, il n'a pas su rester ce général victorieux ni limiter son action à la dimension militaire de sa mission. Craignant la concurrence de son général et convaincu qu'il complotait contre lui, Honorius, premier monarque de l'Empire romain d'Occident, le fait assassiner en 408.

Les luttes intestines, les croisés en sont, eux aussi, étonnamment coutumiers. Plus que leurs succès, telle la brillante prise d'Albare en 1098, ce sont leurs rivalités qui absorbent leur énergie. Elles permettront aux Turcomans d'Alep de reprendre bientôt la ville et marqueront toute l'existence du royaume de Jérusalem. Bien plus tard, les éternels conflits entre les puissances dominantes du Saint Empire romain germanique expliquent de la même manière la réussite d'une poignée de paysans face à l'armée des Habsbourg. Cet incroyable succès est directement à l'origine de la future Confédération helvétique.

Quant à la recherche du profit, ce numéro vous en offre un amusant exemple au travers du parcours de l'Espagnole Maria Pita qui, vertueuse héroïne d'un jour, chercha à en recueillir le fruit durant tout le reste de son existence.

Bien entendu, au-delà de ces passionnantes découvertes, vous retrouverez toutes vos rubriques habituelles dans ce nouveau numéro de Prétorien.

Prétorien n° 38

Double-cliquez sur l'image ci-dessus pour la voir en entier

Zoom arrière
Zoom avant

Plus de vues