Disponibilité : En stock

9,90 €
OU

Prétorien n° 31


Réf. : PR031

ISBN: M06078-31

Nombre de pages : 68

Format : 21 x 29,7 cm

Date de parution : 5 juin 2014

Description :

On apprécie mal aujourd'hui cet extraordinaire brassage de populations, improprement connu sous le nom de "grandes invasions", qui modifia profondément notre monde occidental aux IVe et Ve siècles. Profitant de l'affaiblissement de l'Empire romain, des peuples originaires du Nord ou de l'Est s'emparèrent ou occupèrent peu à peu l'Europe, exerçant une pression considérable sur les Romains et leurs alliés. Après la prise de Rome et l'abdication de Romulus Augustule, seul subsiste l'Empire romain d'Orient.
Entre-temps, venus de la lointaine Baltique, les Vandales s'étaient emparés en 439 de Carthage. Ce peuple, plus connu pour le pillage de Rome en 455, établit en Afrique un puissant royaume. Mais, après de vaines tentatives, l'empereur Justinien envoie Bélisaire reconquérir les terres africaines. Prétorien raconte cette campagne qui permit enfin aux Romains de vaincre les Vandales et de reprendre leurs provinces d'Afrique, des Baléares, de Sardaigne et de Corse.
Cette pression des "barbares" est permanente durant les derniers siècles de l'Empire et laisse, encore aujourd'hui, des traces importantes dans nos racines comme dans notre paysage. Le limes, frontière naturelle ou artificielle qui protégeait l'empire romain, est un sujet constant de recherches. Parmi ses fortifications, le mur d'Hadrien est l'une des plus célèbres ; il est doublé par le mur d'Antonin à l'existence plus éphémère. Prétorien revient sur ces extraordinaires murailles et sur leur destin inégal.
Quelques siècles plus tard, les pressions de l'Est ne se sont pas relâchées et les vaines croisades s'inscrivent une fois de plus dans ce mouvement de préservation des grands équilibres politiques. Prétorien, s'appuyant sur un tableau d'Edouard Pingret conservé dans les salles des Croisades du château de Versailles, raconte l'épopée qui sera fatale à Marguerite de France, reine de Hongrie. Mais, tandis que s'effondrent les restes orientaux de l'Empire romain, la France est engagée dans un autre combat, celui de la redoutable guerre de Cent Ans dont Prétorien raconte l'une des dernières batailles, celle de Formigny remportée par l'armée française commandée en personne par Charles VII sur les Anglais.
Durant tous ces siècles, c'est en définitive l'Europe qui est en train de se construire mais les péripéties seront encore nombreuses avant la signature du traité de Rome et Prétorien n'a pas fini de les explorer.

Prétorien n° 31

Double-cliquez sur l'image ci-dessus pour la voir en entier

Zoom arrière
Zoom avant

Plus de vues