Disponibilité : à paraître

-30%

Prix promotionnel : 11,83 €

Prix normal : 16,90 €

OU

Gloire & Empire n° 69


Réf. : GE069

ISBN: M08344-69

Nombre de pages : 132

Format : 21 x 29,7 cm

Date de parution : 21 oct. 2016

Description :

Quand on évoque la 5e coalition, viennent aussitôt dans les mémoires Eckmühl, Essling et Wagram, autant de coûteuses batailles entre Napoléon et l'archiduc Charles, l'un des frères de l'empereur d'Autriche. Pourtant, bien d'autres combats ont marqué cette année-là. En Espagne et au Portugal bien sûr où, malgré l'enlisement progressif du conflit, le maréchal Soult jette à la mer l'armée anglaise du général Moore. En Italie, où les forces d'Eugène de Beauharnais parviennent à dominer les Autrichiens de l'archiduc Jean. Aux Pays-Bas, où l'expédition anglaise sur Walcheren se solde par un terrible fiasco. Dans le Tyrol également où la révolte menée par Andreas Hofer sera écrasée dans le sang.
Mais aussi dans le nord de l'Europe où les Autrichiens tentent en vain d'inviter Russes et Prussiens dans leur croisade. Retenu par le souvenir des humiliations de 1806-1807, Frédéric-Guillaume III fait bien de se dérober : le moment de la revanche n'est pas encore venu. Tenus par le traité de Tilsit de 1807, les Russes ne peuvent pas s'engager mais cela ne les empêche pas de mener double jeu et, tout en préservant les apparences, de soutenir passivement les troupes de l'archiduc Ferdinand engagées en Pologne dans une indécise guerre menée contre une inexpérimentée armée polonaise au sein de laquelle émerge, dans les conflits entre généraux, le prince Poniatowski, futur maréchal d'Empire.
Contre toute attente, menant maintes batailles contre des Autrichiens maladroits et tenant tête à des Russes qui bloquent volontairement leurs mouvements, les Polonais prennent finalement le dessus et parviennent à remporter cette guerre. Hélas pour eux, le jeu des alliances dans lequel pèse fortement le poids du tsar Alexandre, officiellement allié de la France napoléonienne, ne permettra pas à la Pologne de retrouver son statut de royaume.
Dans ce contexte de guerre européenne, où la Prusse reste à l'écart, des voix s'élèvent contre l'attitude prudente de Frédéric-Guillaume III. Il est vrai que l'armée prussienne, dont le pays était naguère si fier, n'est pas encore prête pour les guerres de délivrance... Dans cette armée fortement influencée par le Tugendbund, tous ne le comprennent pas ou ne l'acceptent pas. C'est le cas de Ferdinand von Schill qui se lance dans une équipée suicidaire mais aussi d'autres moins connus comme Eugen von Hirschfeld, Friedrich von Katte, Wilhelm Caspar Ferdinand von Dörnberg... Ils sont relayés dans le royaume de Westphalie par Friedrich Wilhelm von Hasserodt, Andreas Emmerich... Plus surprenante encore est l'histoire de la légion noire de Frédéric-Guillaume de Brunswick-Wolfenbüttel qui, après Wagram, parvient à embarquer pour l'Angleterre, après avoir battu en chemin les Westphalliens et les troupes françaises du général Reubell. Incorporé dans l'armée britannique, ce corps franc se battra en Espagne puis, durant les Cent-Jours, en Belgique aux Quatre-Bras où le duc d'Oels trouvera la mort et à Waterloo.
L'ensemble fournit la matière à un très intéressant dossier de Gloire & Empire sur les opérations en Europe du Nord lors des guerres de la 5e coalition. A savourer sans limite !

Gloire & Empire n° 69

Double-cliquez sur l'image ci-dessus pour la voir en entier

Zoom arrière
Zoom avant

Plus de vues