Disponibilité : En stock

16,90 €
OU

Gloire & Empire n° 60


Réf. : GE060

ISBN: M08344-60

Nombre de pages : 130

Format : 21 x 29,7 cm

Date de parution : 15 avr. 2015

Description :

Indiscutablement brillant chef de guerre, Napoléon n'a de loin pas la même aura dès lors qu'il s'agit de marine. Dans ce domaine plus qu'ailleurs, l'improvisation et la bravoure, même talentueuses, ne garantissent pas à elles seules la victoire. Il n'est pas suffisant d'avoir des bâtiments en grand nombre, il faut surtout qu'ils soient bien équipés, bien servis et bien commandés. Autant de points où la France accuse un indéniable retard qui lui coûtera définitivement la suprématie maritime.
Une flotte enfermée dans ses ports ou condamnée à manoeuvrer dans la rade de Toulon n''a aucune chance de s'aguerrir. Se séparant de l'amiral Ganteaume, jugé bien trop prudent, l'Empereur croit trouver la perle rare en l'impétueux Latouche-Tréville qui, à défaut d'expérience, sait galvaniser ses hommes et les convaincre que l'audace est la meilleure voie vers le succès. Hélas, le bouillant amiral succombe en août 1804 avant de pouvoir engager le coup de force sur lequel comptait tant Napoléon.
C'est le jeune amiral Villeneuve qui le remplace. A l'enthousiasme succèdent l'indécision et l'angoisse. Incapable de mener à bien les ordres précis qu'il reçoit, ce pessimiste entre malgré lui dans une sorte de spirale de l'échec. Bien que bon marin, il ne voit que les côtés négatifs et les insuffisances de ses escadres ; il ne parvient pas à se faire accepter de ses hommes qui ont besoin d'un meneur pour donner le meilleur d'eux-mêmes. Face à lui, les Anglais peuvent compter sur un homme autrement plus entreprenant, habile à interpréter à bon escient les informations fragmentaires qu'il reçoit et, surtout, faisant preuve d'innovation et d'audace dans l'action. Le vainqueur d'Aboukir est un redoutable adversaire et il va le prouver.
Ce numéro de Gloire & Empire vous fait découvrir l'enchaînement des circonstances, des décisions et des contretemps qui mèneront à la tragique défaite de Trafalgar. Une bataille où, malgré d'indéniables réussites de la flotte franco-espagnole qui aurait pu aisément détruire la flotte ennemie lors de la bataille du cap Finisterre si elle ne s'était pas montrée trop prudente, l'intuition de Nelson et son génie du combat naval finissent par l'emporter. Trafalgar coûtera la vie, d'une manière certes bien différente, aux deux amiraux ; cette bataille marque surtout le point de départ de la véritable suprématie anglaise sur les mers. Durant les dernières années de l'Empire, plus jamais la marine française ne sera en mesure de faire la différence.

Gloire & Empire n° 60

Double-cliquez sur l'image ci-dessus pour la voir en entier

Zoom arrière
Zoom avant

Plus de vues