Disponibilité : En stock

16,90 €
OU

Gloire & Empire n° 61


Réf. : GE061

ISBN: M08344-61

Nombre de pages : 130

Format : 21 x 29,7 cm

Date de parution : 11 juin 2015

Description :

Face à l'intransigeance des alliés, Napoléon aurait pu profiter du répit offert par la lenteur de leur mobilisation pour poursuivre le renforcement de ses propres armées. Mais, paradoxalement, il manquait moins de troupes que de finances pour les équiper. Aussi, plutôt que d'attendre l'offensive alliée, Napoléon a préféré prendre l'ennemi de vitesse. Les armées coalisées les plus proches étant réunies autour de Bruxelles, c'est vers la Belgique qu'il se hâte en ce mois de juin 1815, espérant surprendre puis anéantir séparément les Prussiens, d'une part, et les Anglo-Néerlandais, d'autre part.
Comme il l'a souligné lui-même à Sainte-Hélène, battre Wellington lui aurait permis de neutraliser son pire ennemi. La situation financière de l'Angleterre était telle que le gouvernement ne pouvait que sauter en cas de défaite, entraînant de ce fait le rappel des armées déployées sur le continent et le changement de politique, avec, à la clé, la fin probable de la coalition et des paix séparées avec les nations en guerre. La réussite de cette campagne était donc vitale pour la France.
Face à un tel enjeu, il eut fallu un Empereur au meilleur de sa forme, secondé par son fidèle major-général, l'excellent Berthier qui venait de mourir dans des conditions obscures le 1er juin 1815 à Bamberg, et par ses fidèles compagnons de toujours. Hélas, ces derniers étaient clairsemés, partagés pour la plupart entre une hostilité molle ou, au mieux, un attentisme prudent. Ayant besoin de l'expérience de Davout au ministère de la Guerre, Napoléon dut se contenter, pour le seconder, de Soult dont les talents d'organisateur n'étaient pas à la hauteur de ceux de son prédécesseur.
Les choix tactiques sont osés mais brillants. Ouvrant les hostilités, le 15 juin 1815, quelque 120 000 Français franchissent la frontière en direction de Charleroi où ils se séparent. L'aile gauche, menée par le maréchal Ney, marche sur le carrefour stratégique des Quatre-Bras tandis que le gros de l'armée, commandé par Napoléon en personne, se dirige sur Sombreffe.
Ce numéro de Gloire & Empire raconte la confrontation avec les Prussiens qui s'ensuit. Un premier combat à Gilly puis, surtout, la bataille de Ligny devant laquelle Blücher, profitant de la lenteur du mouvement français, réussit à concentrer ses troupes. Le succès français, au terme d'une bataille acharnée et coûteuse en vies humaines, est incontestable. Mais l'armée prussienne, quoique sérieusement entamée, n'est pas mise hors de combat et, au terme d'une course-poursuite qui fera couler tant d'encre, arrivera à temps sur le site de Waterloo pour modifier le cours de la bataille et sceller le sort de Napoléon.

Gloire & Empire n° 61

Double-cliquez sur l'image ci-dessus pour la voir en entier

Zoom arrière
Zoom avant

Plus de vues